Reydel Automotive

Loïc Van Ooteghem
Cash Controller
Cash Reporting me permet désormais d’avoir un reporting quotidien sur les filiales de 15 pays, ce qui était impossible auparavant avec Excel. J’ai considérablement gagné en temps, en fiabilité et en agilité. Grâce à la richesse d’analyse de l’outil, je peux réaliser des comparatifs sur le Groupe ou par entité, par devise, par projet.

Logo reydel

Carte d’identité

REYDEL AUTOMOTIVE est un équipementier automobile, spécialiste des systèmes d’intérieur pour les plus gros constructeurs automobiles mondiaux. Il est issu d’un spin-off : en novembre 2014, le groupe VISTEON, grand équipementier automobile américain, a vendu ses activités « Intérieur » au fonds d’investissement américain CERBERUS CAPITAL MANAGEMENT.
REYDEL AUTOMOTIVE a réalisé en 2014 un CA de près d’1 milliard de $, et s’impose comme un acteur clé sur son marché avec une présence sur 3 continents : Europe, Amérique du sud et Asie.

Contexte du projet

Classiquement, dans un contexte de spin-off d’un grand groupe pour le compte d’un fonds d’investissement, se pose la question du changement de culture de l’entreprise, notamment sur les aspects liés à la gestion et à la génération du cash.
Dans ce contexte de reprise, le fonds CERBERUS a demandé un reporting quotidien sur le cash et la dette du groupe REYDEL AUTOMOTIVE : un moyen efficace pour mesurer la performance de la participation.
Photo Loic Van O.Loïc Van OOTEGHEM, Cash Controller du groupe REYDEL AUTOMOTIVE, a intégré le groupe en novembre 2013 dans l’optique de cette reprise par Cerberus, afin d’anticiper les demandes de reporting de la part du fonds sur les aspects cash, et de sensibiliser les contrôleurs financiers des filiales.

Il répond à nos questions sur la mise en place de l’application Cash Reporting de CashSolve au sein du groupe.

Quels étaient vos défis à relever ?

Mettre en place un reporting quotidien de la dette nette

Les contrôleurs financiers et trésoriers locaux de chaque entité doivent, tous les matins, renseigner leurs flux réels de trésorerie. Au niveau central, dès l’instant où l’ensemble des unités a reporté ses flux réels, des vérifications sont effectuées pour s’assurer qu’on n’identifie pas de chiffre aberrant. Le reporting prend ensuite la forme d’un tableau de dette nette consolidé et contributif par entité. Il est envoyé de manière quotidienne au fonds pour donner un indicateur continu sur la consommation / génération de cash du groupe depuis son acquisition.

Etablir un prévisionnel à 3 mois actualisé toutes les 2 semaines

L’autre défi, c’est le prévisionnel qui est demandé toutes les 2 semaines, à horizon 3 mois. Nous travaillons avec un degré de détail analytique très fin ; on intègre des notions de devises (ndlr : 15 pays sur 3 continents), de détail par client, par projet, et par tiers interne. Ces 4 axes analytiques combinés nous permettent de faire différents types d’analyses  liées aux contributifs ou aux expositions devises par exemple.
Le but est d’être en mesure d’identifier ce qui a pu évoluer par rapport aux prévisions précédentes, de comparer également sur les 2 semaines écoulées la prévision avec le réalisé, et enfin de s’assurer de la cohérence de la prévision avec le plan de marche, tel qu’il était décliné dans le budget.

L’urgence du déploiement en central et dans 15 pays en local

En corrélation avec le besoin de reporting quotidien, nous souhaitions avoir un outil qui se mette en place très rapidement dans 15 pays, et capable d’avoir un niveau de détail qui soit important, notamment pour pouvoir faire des analyses au siège.
Connaissant préalablement l’outil avant d’intégrer le groupe Reydel, j’ai déployé moi-même la solution auprès des 35 utilisateurs. Notre réflexion a porté dans un premier temps sur le niveau de détail attendu. Ensuite, le paramétrage de l’application a pris 3-4 jours. Enfin, nous avons organisé des conférences téléphoniques avec les utilisateurs locaux pour expliquer les objectifs du projet et le fonctionnement de l’application. L’ensemble de ce process s’est déroulé sur un laps de temps de 3 semaines.
L’appropriation de l’outil s’est faite aisément et, aujourd’hui, les nouveaux utilisateurs sont formés par le bais d’une conférence téléphonique de 15 à 30 min. C’est extrêmement rapide.

Les bénéfices issus de la mise de Cash Reporting

Un monitoring quotidien

Avant la mise en place de Cash Reporting, le reporting de cash était réalisé intégralement sur Excel, mais uniquement toutes les 2 semaines, à cause de la lourdeur du processus. On ne jouissait pas de cette dynamique quotidienne d’alimentation de reporting comme c’est le cas aujourd’hui.

Un gain de temps considérable

On jouit d’un gain de temps considérable en central par rapport à un process de reporting géré dans Excel. Dans le process de consolidation, nous n’avons plus à gérer la consolidation de nombreux fichiers Excel, autant que de pays : c’est complètement automatisé ! Par exemple, certains pays ont un référentiel en devise locale et c’est l’outil qui va gérer lui-même la conversion en fonction d’une table de taux qui est maintenue en central.

Historisation et intégrité des données

L’intérêt d’une solution telle que Cash Reporting, par rapport à Excel, c’est qu’on possède une traçabilité complète dans l’outil de toutes les prévisions et  de tout le réalisé de trésorerie.
On a la faculté de pouvoir clôturer des prévisions des scénarios de réalisé, ce qui évite de toucher à des données historiques, garantissant ainsi l’intégrité des données. On peut figer les données, comparer du réalisé avec du prévisionnel entre plusieurs scénarios de prévisionnel, et ce, de manière très simple.

Un véritable outil d’analyse et collaboratif

L’utilisateur en  local peut vraiment choisir de  creuser le type d’analyse qu’il souhaite : comparer au dernier prévisionnel, au prévisionnel qui a été fait un mois auparavant, ou sur une période antérieure.
En central, le Cash Controller pourra choisir de  travailler uniquement sur une partie du groupe, ou sur des entités qui travaillent sur de l’USD - ce  qui serait très compliqué d’avoir dans Excel …

J’aime à dire qu’on utilise l’outil comme un rubix cube : c’est un outil agile, qui est riche en terme d’exploitation, d’analyse, de croisement des  données à la fois liées aux flux de cash et aux positions d’endettement. Cash Reporting nous sert à la fois au quotidien pour la trésorerie stricto sensu mais aussi pour la Direction Financière dans son ensemble.

Un support de l’éditeur très réactif

Les utilisateurs locaux, où qu’ils soient dans le monde, ont la faculté de contacter l’équipe CashSolve pour du support technique, ce qui nous permet de résoudre nos problématiques dans la ½ journée !
Comme je l’ai mentionné plus haut, nous devons assurer une continuité de notre reporting quotidien, sur l’ensemble des pays. La réactivité du support est clé : si les délais de réponses n’étaient pas si rapides, le reporting  pourrait être tronqué sur certaines entités, ce qui serait préjudiciable.

Objectif atteint : adoption et diffusion de la culture cash chez Reydel Automotive

Les reporting quotidiens sur le cash, ont l’intérêt de mettre « sous tension » les équipes sur ces problématiques cash et, de par la force des choses, de diffuser une culture cash. On a des interlocuteurs qui, pour la plupart, avaient auparavant un focus qui était essentiellement P&L ; aujourd’hui on voit les mentalités évoluer avec un réflexe cash qui reste évidemment à développer,  mais qui grandit de semaine en semaine.

 

>> A voir : Vidéo " Paroles sur le Vif "  extraite de notre entretien, sur CashSolve TV


Retour à la page "Success Stories"