Définir la stratégie de financement moyen et long terme

Home/Définir la stratégie de financement moyen et long terme

Tréso News

Définir la stratégie de financement moyen et long terme

Interview Adrien DUPIN de SAINT CYR, utilisateur Cash Modeling

Carte d’identité

 

Composé de 17 établissements régionaux, l’Etablissement Français du Sang gère les activités de collecte, de préparation, de qualification et de distribution des produits sanguins labiles et alimente plus de 1 900 établissements de santé (hôpitaux et cliniques) partout en France. Il est présent sur l’ensemble du territoire avec 148 sites de prélèvement et 40 000 collectes mobiles organisées chaque année. Son activité principale concerne le don de sang, le don de plasma et le don de plaquettes.

Grâce à la générosité des donneurs de sang, au professionnalisme de son personnel et à l’implication d’un vaste réseau de bénévoles, il répond chaque année aux besoins d’un million de malades. L’établissement assure également l’approvisionnement en plasma du LFB, en vue de la fabrication de médicaments dérivés du sang.

L’Etablissement Français du Sang compte environ 9 800 collaborateurs et réalise un chiffre d’affaires de 860 M€ en 2013.

Adrien Dupin de Saint Cyr, Responsable Trésorerie et Financement

Contexte initial et naissance du projet

Le financement de l’EFS : une équation devenue complexe

Le chiffre d’affaires de L’EFS est à plus de 90% constitué d’une tarification réglementée au journal officiel, ce qui laisse peu de latitude en matière d’évolution des tarifs. Dans un contexte économique très contraint notamment en termes de dépenses de santé, les revalorisations tarifaires ne sont pas systématiques et le recours à des financements extérieurs reste  limité. L’EFS doit, au travers d’efforts de rationalisation de ses coûts et des processus de production, dégager des ressources financières suffisantes pour assurer son développement. Nous nous retrouvons avec une équation complexe à résoudre qui nous contraint à surveiller au plus près notre génération de cash-flows pour augmenter la part d’autofinancement.

Quelle situation avant la mise en place de CashSolve ?

Quand je suis arrivé à l’EFS il y a trois ans, il y avait des prévisions court terme sur SAP qui nous donnaient une bonne visibilité du cash à 6 semaines mais nous n’avions aucun réel outil d’anticipation du cash au-delà de ces 6 semaines.

Nous ne voulions pas utiliser un modèle prévisionnel développé sous tableur en raison de ses limites : changer les hypothèses, manipuler une bibliothèque de fichiers lourds et complexes serait vite devenu impossible et aurait augmenté les risques d’erreur de façon importante.

Pourquoi avoir choisi CashSolve ?

Nous avons lancé un appel d’offres public et différents prestataires ont répondu : des cabinets d’audit, des SSII et des éditeurs, dont CashSolve. Ce dernier répondait parfaitement aux besoins fonctionnels exprimés et sa présence dans des sociétés de taille similaire à la nôtre a été un élément décisif dans la décision de retenir Cashsolve. D’autre part, j’avais eu de bons échos en discutant avec des trésoriers membres de l’AFTE (Association Française des Trésoriers d’Entreprise).

Des prévisions de cash et de dette qui tiennent avant tout un rôle décisionnel

Pour la Direction générale : il est primordial d’avoir une vision de l’impact «cash» des décisions stratégiques qui sont prises. L’EFS doit se réinterroger en permanence au regard des problématiques de mise en concurrence, de financement et d’équilibre budgétaire.

Pour le Service Trésorerie et Financement de l’EFS : la priorité est de préserver les grands équilibres financiers notamment de minimiser les frais financiers, par l’optimisation de la politique de financement sur un horizon de 3 à 5 ans.

Pour les acteurs financiers extérieurs : nous travaillons  avec des grandes banques françaises qui nous demandent des reporting, des prévisions, etc. Nous voulions que l’outil permette à la fois de restituer le réel et de donner une modélisation  pertinente des flux futurs.

Quels sont les principaux bénéfices de Cash Modeling pour l’EFS ?

  • Une vigie très puissante

Cash Modeling possède un rôle de vigie qui m’apporte la visibilité fine, à court terme et à moyen terme. Plus que jamais, dans le contexte économique actuel, la visibilité, l’anticipation et la réactivité sont des facteurs indispensables à la prise de décision. 

  • Extrême rapidité et grande fiabilité  

Je suis impressionné par le fait que l’on puisse produire des prévisions extrêmement rapidement avec une très grande fiabilité. Le gain en terme de rapidité de production de différents scénarios est tangible, et c’est autant de temps gagné et consacré à l’analyse. Je suis également séduit par la capacité de modélisation de l’outil, surtout sur des volumes de données très importants.

  • Un outil d’arbitrage dans les décisions stratégiques

Cash Modeling est aussi un outil d’arbitrage budgétaire qui permet d’affiner les scénarios et de discuter avec Direction Générale et les tutelles sur les décisions stratégiques à prendre.

  • Derrière l’outil, une équipe

Cash Modeling, c’est aussi un accompagnement : je suis très satisfait du travail fourni par l’équipe de conseil CashSolve, de leur écoute et de leurs capacités techniques. J’utilise également fréquemment les vidéos d’e-learning qui sont très bien faites et permettent de progresser rapidement sur les nombreuses fonctionnalités de la plateforme.

Pour conclure ?

Avec CashSolve, nous pilotons donc la vision cash moyen terme, pour optimiser les horizons de placement, et la vision plus long terme du plan stratégique pour s’assurer de conserver une trajectoire financière saine et pérenne.

Contactez-nous pour définir votre stratégie de financement avec Cash Modeling :